cruche carafe arcopal petites fleurs

Histoire d’objets – Arcopal

Amoureux de brocante et d’objets vintage, découvrez chaque vendredi une courte histoire !

Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de la vaisselle Arcopal.

La vieille vaisselle prenant la poussière dans les maisons de campagnes ou chez les grands-parents ; n’échappe pas au regain d’intérêt pour le vintage ! Arcopal, la marque mythique de l’après-guerre, regroupe de nombreux fans sur internet. Les prix de simples assiettes peuvent rapidement grimper. La marque jugée ringarde et digne des cantines dans les années 1990-2000, mais fait aujourd’hui partie de l’histoire du design !

Arcopal n’est pas qu’une simple marque mais est avant tout un matériau spécial, tout comme Pyrex. La vaisselle est le résultat d’un mélange entre du verre trempé et de l’opale. Une matière très résistante, le tout chauffé à 500° et refroidi brutalement.

D’où le logo de la marque : l’éléphant « Archibald ». La marque est reconnaissable à sa couleur blanche laiteuse et sa solidité; ainsi qu’aux souvenirs d’enfance qui y sont maintenant liés.

Bien que la cristallerie d’Arques qui produit l’opale, fut fondée en 1895; il faut attendre 1958 pour qu’Arcopal voit le jour grâce au PDG de l’entreprise Arc International : Jacques Durand.

Selon l’histoire, c’est d’ailleurs à la petite-fille de ce dernier que l’on doit le motif de la fameuse collection Veronica. Jacques Durand lui aurait offert un nécessaire de peinture; elle aurait réaliser une peinture de remerciement avec les mythiques petites fleurs bleues.

Il est vrai que lorsque nous parlons d’Arcopal, nous pensons immédiatement aux collections Veronica (1981), Lotus (1974), toutes deux arborant des fleurs, ou à la transparente et fumée Topaze (1967) dans un esprit très « Trente Glorieuses » ou « Peace and Love ».

Nous notons toutefois une différence de style entre les deux; la première fait plus penser à la campagne, à une « jeune fille rangée » . Quand la seconde est plus pop, dans la lignée du graphisme psychédélique.


Pour l’anecdote, c’est également Arcopal qui fabriquait les mythiques mugs « Mobil », dont le dessin fut créé par Jean-Charles Meunier en 1972, distribuées dans les stations services.

Arrêtée en 2000, la marque a repris le temps d’une réédition exceptionnelle en 2016. Toujours dans l’esprit bon marché et familial de l’époque. En effet, sous l’influence des « fans » et dans l’intérêt pour des produits de qualité et fabriqués en France, Arcopal ne cesse d’être une vaisselle recherchée tant par des nostalgiques que par des jeunes passionnés de brocante.

Cette histoire vous a plu ?

N’hésitez pas à nous laisser un petit commentaire !;)

Rendez-vous sur notre boutique en ligne pour découvrir notre jolie sélection d’objets vintage et de seconde main pour chiner en ligne !

https://www.histoires-sans-fin.fr/boutique/

https://www.histoires-sans-fin.fr/?s=arcopal&post_type=product